AL – S22-011 – La Saint Valentin à Courpière (63)

Date : 13 février 2022

Organisé par : Jean Paul Mallattia, Martine Duzelier et Georges Dichampt

Une bien belle journée qui a vu plusieurs équipages se retrouver à Courpière pour fêter la saint Valentin. Au final, c’est plus de 150 personnes de diverses associations, qui ont partagé ce bon moment. Dans la matinée, avant de se mettre à table, le comité de région s’est réuni autour de notre président Jean Paul Mallatia, afin de travailler et débattre de la vie de notre association. Bon repas, bonne musique qui invite à danser. C’est une bien belle rencontre . Merci aux organisateurs.

Continuer la lectureAL – S22-011 – La Saint Valentin à Courpière (63)

AL – S22-074 – Les secrets de la Marne

Dates : du 03 au 14 septembre 2022

Organisé par : Jean Paul et Béatrice Malattia.

La Marne, mondialement connue bien sur pour le Champagne, cette belle région recèle aussi des trésors architecturaux comme la cathédrale de Reims. Ces 2 semaines vous permettront de découvrir biens d’autres merveilles et surement de déguster un peu d’élixir pétillant. Avec modération bien sur, mais entre amis, le soir à l’étape, il est toujours difficile de rester raisonnable !!

Continuer la lectureAL – S22-074 – Les secrets de la Marne

AL – S22-070 – Aurillac et son Festival

Dates : du 18 au 21 Aout 2022

Organisé par Yvette Vergne

En 30 ans, le festival de la préfecture du Cantal est devenu une des référence Européenne du spectacle vivant. Des centaines de compagnies proposent leurs spectacles aussi divers que variés aux plus de 100 000 spectateurs attendus. Un passage incontournable pour les amateurs.

Information de l’organisatrice : La sortie est annulée pour 2022

Continuer la lectureAL – S22-070 – Aurillac et son Festival

AL – S22-064 – Les Bayoux à Commentry

Dates : du 29 au 31 juillet 2022

Organisé par : Jean Paul Malattia

Tous les ans l’association LES BAYOUX organise à Commentry (03) un des plus grand rassemblement de motards de France . Que l’on soit amateur ou pas de trikes, et de motos, c’est un spectacle fantastique. Des centaines de motards et de superbes machines défilent sous les yeux de milliers de spectateurs admiratifs. Ambiance garantie avec des aminations, concerts, balades, camelots spécialisés et restauration.

Après 2 ans de pause suite au covid, quelques amis ont répondus à l’invitation de notre président et se sont retrouvés à Commentry . Vendredi, au fil des arrivées, après les retrouvailles, quelques parties de pétanques s’organisent pendant que d’autres repassent les souvenirs de leurs dernières sorties . Et là il y a beaucoup de choses à dire.

En fin de soirée, tous se retrouvent à l’invitation de l’ami Gérard Loubeau pour une bien belle soirée barbecue dont il a le secret. Les équipages avaient pris leurs précautions et ont pu coucher directement sur son terrain . L’expérience peut être !!

Le samedi matin, la municipalité de Commentry avait invité des représentants des motards, de diverses associations locales et les organisateurs des Bayoux à venir partager le verre de l’amitié sur la place de la mairie. Les membres des ACCCF en ont profité pour échanger avec les motards et faire quelques belles photos au plus prés de ces machines toutes plus rutilantes les unes que les autres .

Vers 11h30, elles repartent dans un tonnerre de moteurs surpuissants et de Klaxons plus ou moins interdits . Mais aujourd’hui c’est jour de fête et de retrouvailles pour tous et toutes les pilotes. Personne ne va se plaindre de ce beau défilé dans les rue du centre ville. Il est temps pour nous de nous retrouver entre amis pour déjeuner à Malicorne.

Vers 15 h nous revenons sur le site principal du rassemblement des Bayoux . Beaucoup de motards ne sont pas revenus de leurs traditionnelles randonnées sur les routes Bourbonnaises. Cela nous laisse le temps de faire le tour des nombreuses boutiques, de profiter des artistes qui animent déjà l’après midi et de boire un petit coup car il fait très chaud sur le pré des Bayoux.

Vers 17 h les premiers groupes de motards reviennent de leurs balades dans un vacarme assourdissant. Un tonnerre de klaxon, de rugissements de moteurs accompagne leur entrée à la queue leu-leu sur le parking . Ils sont tellement nombreux que le défilé va durer plusieurs dizaines de minutes. Le parking se rempli d’une collection fantastique de motos et de Trikes à 3 roues. Tous différents, mais si chacun des pilotes y exprime sa personnalité, ses gouts, ils sont tous superbement chromés et décorés, brillants comme des bijoux. Il y a aussi des dizaines de Harley-Davidson, tous les modèles semblent y être représentés, montrant pourquoi ces motos sont mythiques pour les motards. Quelques anciennes Allemandes, Anglaises, Italiennes sont là aussi, et pour finir quelques sportives japonaises plus modernes. Bref un véritable musé en plein air. Le public très nombreux se régale, et nous aussi.

Le temps passe très vite et arrive l’heure de retourner cher l’ami Gérard pour faire un bis-répétita de la veille au soir . Seules les discussions seront un peu différentes, avec le plaisir intact d’une bonne soirée entre amis.

Continuer la lectureAL – S22-064 – Les Bayoux à Commentry

AL – S22-049 – La Meuse mise en lumière

Dates : du 03 au 14 juin 2022.

Organisé par Jean Paul et Béatrice Malattia

Cette belle région est surtout connue de tous pour la guerre de 14-18, mais il y a tellement d’autres choses à y découvrir.

Les équipages se sont retrouvés le jeudi 02 juin en fin de matinée au camping de Ligny en Barrois. Dès l’après midi, nous partons visiter la “boite à madeleines”. Fabrique artisanale de Madeleines de Commercy. Nous assistons à la fabrication commentée de ce savoureux petit gâteau baptisé en1755 par le duc Stanislas Leszczyński en l’honneur de sa cuisinière. Il est aujourd’hui décliné dans une dizaine de saveurs différentes. La dégustation et quelques achats gourmands clôtureront la visite.

En fin d’après midi, retour au camping pour le traditionnel briefing suivi de l’apéritif. Le lendemain matin, départ pour Bar le duc afin de visiter la maison Dutriez, dernière fabrique de confiture de groseilles épépinées à la plume d’oie. Nous découvrons tous avec surprise, la technique ancestrale de fabrication de ce véritable caviar de groseilles au gout délicat. Produit de luxe s’il en est. Chaque grain de groseille est délicatement nettoyé manuellement de ses pépins à l’aide d’une plume d’oie taillée en biseau. Cela permet de conserver le grain rond et entier une fois cuit. Cette confiture est aussi belle que bonne. Seul sont prix très élevé ralentira un peu les ardeurs gourmandes des nos amis.

Retour au camping pour déjeuner, puis départ pour notre prochaine étape, le camping de Verdun. La fin d’après midi est libre en attendant l’apéritif et le petit briefing sur le programme du lendemain. Samedi matin, pour certains, promenade touristique improvisée jusqu’au centre ville de Verdun. Sachant que nous y reviendrons dans quelques jours pour visiter la citadelle.

Retour au camping pour déjeuner, puis départ pour notre troisième étape, le village des vieux métiers d’ Azannes et Soumazannes ou nous stationnerons pour 2 nuits. Bien sur, briefing et petit apéritif amical.

La journée du dimanche se passera à visiter le très beau village des vieux métiers. Dans cet ancien village reconstruit et rénové sur plusieurs hectares, nous découvrons les magnifiques reconstitutions vivantes des activités et métiers dans nos campagnes au XIX ème siècle. De quoi largement occuper toute la journée, tellement le nombre de choses à voir est impressionnant. Malheureusement, la météo ne sera pas de la partie et va nous obliger à naviguer entre les gouttes. Mais c’est certain, nous allons profiter de tout.

Accueil des visiteurs en musique.
La centrale électrique et son moteur d’époque

Il est déjà l’heure du repas et nous nous retrouvons au restaurant du village pour dejeuner tous ensemble. Comme la pluie semble s’arrêter, nous reprenons rapidement notre visite pour faire le tour des bâtiments et activités les plus éloignés du village. Là encore, de bien belles découvertes.

La botteleuse avec sa machine à vapeur
Le mécanisme d’entrainement du moulin par la roue à aubes
A l’étage, le meunier nous explique le fonctionnement du moulin à grains

Malheureusement la pluie recommence, nous obligeant a redescendre vers le village pour chercher un abri. L’atelier du forgeron qui n’est qu’a quelques pas devient soudain très populaire pour beaucoup de visiteurs.

Pas de chance, nous devrons terminer la visite sous nos parapluies, pour passer d’un atelier à l’autre. Celui du couvreur est de loin le plus animé. Celui ci présente avec sa “femme”, la fabrication des tuiles dites creuses. Ces 2 artisans sont aussi de véritables artistes comiques, dignes des plus grands vaudevilles. Le public y est très nombreux comme les éclats de rires et les applaudissements. Un grand moment de la visite.

Nous rejoignons les bâtiments du village pour assister aux démonstrations du moulin à huile et de la batteuse actionnées par des chevaux, de fabrication de beurre et de fromage, de la scierie, d’une exposition de vieux moteurs et tracteurs…… et quantités d’autres ateliers qui nous occuperons jusqu’au soir.

La batteuse avec son manège a chevaux.

Ce soir, météo oblige, pas d’apéritif pris en commun. Chacun se retrouve dans son camping car en espérant que la pluie s’arrête. Le lendemain matin, le soleil refait son apparition, et la journée se présente sous les meilleurs hospices. Nous partons en foret de Warphemont, pour visiter le site de l’emplacement d’un canon SKL-45 MAX 380 mm. Ce fut l’un des endroits les plus secrets et les plus stratégiques de l’arrière front Allemand. Avec un poids de 220 tonnes, ces canons aux dimensions hors norme étaient au départ prévus pour équiper un cuirassé de la marine Allemande. Un chantier colossal s’engagea pour l’installer. En particulier, une immense cuve de 23 mètres de diamètre et de 4 mètres de profondeur, une voie ferrée ainsi que plusieurs tunnels destinés à préparer et cacher les munitions, des bunkers pour les soldats….des milliers de tonne de béton et de ferraille.tout cela caché dans la foret. Opérationnel courant 2015, avec sa portée de 27 kms, il pilonnait les positions Françaises. Il tira aussi 16 obus sur la ville de Verdun le 21 février 1916.

Après le déjeuner pris sur le parking du site, nous partons pour notre prochaine étape, la ville d’Etain ou nous visiterons demain matin l’usine Petitcollin et son centre culturel. Aujourd’hui il fait beau, aussi comme chaque soir à l’étape, on se retrouve pour un bon moment de convivialité.

L’entreprise Petitcollin est la dernière fabrique “artisanale” Française qui produit des baigneurs et des poupées. La mondialisation a mis à rude épreuve cette société crée en 1860. Grâce une reprise par l’entreprise jurassienne Vilac (jouets en bois) en 1995, les employé(e)s restant continuent à produire une très belle collection de jouets de grande qualité.

La visite se poursuit au centre culturel d’Etain, avec une belle exposition permanente sur l’histoire et la fabrication des poupées Peticollin.

Le déjeuner est pris sur le parking, puis nous partons pour notre prochaine étape, le camping de Chatillon sous les cotes, avec ses beaux étangs ou nous terminons l’après midi.

Le lendemain matin, nous partons visiter La crête “des Eparges”. Un des hauts lieux de la guerre 14-18 ou nous allons découvrir l’importance stratégique que lui donnait en 1915, les armées Françaises et Allemandes. A peine croyable, les lignes y étaient séparées de seulement quelques mètres ! Devant la difficulté d’en chasser les troupes Allemandes, et après de nombreux et mortels assauts à pied, l’armée Française imagina de creuser discrètement des tunnels jusque sous les lignes ennemies, les remplir d’explosifs (les mines) et faire sauter de grandes surfaces de tranchées. Les Allemands reprirent cette technique et entre 1915 à 1918, 46 mines allemandes et 32 mines françaises explosent sur une longueur de front de 800 mètres, mais sans modifier la ligne de front. Terrible bilan humain ou 12000 soldats des 2 camps perdirent le vie juste sur cette crête ! Les résultats visibles de nos jours sont au milieu des restes de tranchées et de trous d’obus, les immenses entonnoirs crées par les explosions des “mines” installées au fond des tunnels. ( les spécialistes estiment des charges jusqu’à 40 tonnes de TNT par explosion !! ) . Comment des hommes ont t’ils pu vivre dans de telles conditions ?

Après la visite, retour au camping pour dejeuner et après midi libre. La pluie s’est invitée et notre soirée se terminera sous un barnum aimablement prêté par le gérant du camping. Demain matin, nous repartons pour Verdun. Au programme la visite de la citadelle souterraine, puis l’après midi, l’atelier de fabrication des dragées “Braquier”.

La visite se fait principalement dans des wagonnets électriques avec des casques de réalité augmenté. Les photos sont interdites pendant ce trajet. aussi les quelques images suivantes sont celles de la fin de la visite lorsque l’on rejoint la sortie.

Après le déjeuner pris sur le parking de la citadelle, nous partons stationner sur la parking de la fabrique de dragées ou nous pourrons passer la nuit après la visite.

Nous sommes déjà vendredi. Cette matinée va être consacrée à la visite du Fort de Douaumont et l’après midi la visite de l’ossuaire.

Le fort de DOUAUMONT est le plus puissant ouvrage du système SERE DE RIVIERE, de la place forte de VERDUN, construit entre 1884 et 1886, modernisé en 1901 et 1913. Le fort fut pris en février 1916 par les troupes allemandes et repris par les français en octobre 1916. Réalisé en moellons de bétons, il fut recouvert par une carapace de 2.5 mètres de béton armé, puis de terre et de sable. l’ensemble est complètement enterré et intégré au paysage. Il était armé de canons de 75 mm et de 155 mm, et pouvait loger jusqu’à 800 hommes.

Encore une visite bouleversante, témoignage de la dureté de combats dans un fort qui a changé 3 fois de garnison et fut le théâtre de dizaines de milliers de morts. Après le repas, nous allons nous installer à quelques kilomètres, sur la parking de l’ossuaire de Douaumont. Un autre moment très fort nous attend.

Continuer la lectureAL – S22-049 – La Meuse mise en lumière